lundi 15 octobre 2018

Automne : falaise humide ou dry au sec ?

Toute les années se suivent et ne se ressemblent pas ! L'automne, été indien ?

Je dirais même plus, tous les jours se suivent et ne se ressemblent pas, profitons du moment présent. Mais je dérive. Je vous invite à consulter ma réflexion compilée sur la sobriété, la quête de bonheur...

Je disais, les années se suivent et ne se ressemblent pas. Souvent l'Automne est synonyme de retour de la grisaille, mais jusqu'à présent, nous étions plutôt chanceux. Je dis bien jusqu'à présent, car nous avons écourté notre périple rando + grimpe avec Julien (voir article), les premiers jours de pluie sont revenus, ce qui a permis de se reposer, de ranger, de cuisiner (voir article défi alimentation), de rentrer du bois…

Après 5 jours de "repos", c'est reparti, avec Julien et Léa on découvre le spot intime de Badarié, en suivant notre local de l'étape Polo ! Un petit tour au marché, la météo n'étant pas encore au grand beau, on se motive quand même à faire les 20min de route depuis Bedous, ça tient, ça souffle, un vent chaud du sud : le foehn. La motivation nous vient aussi de l'excitation de découvrir un nouveau spot, tu sais ce même petit plaisir quand tu arrives à un col et que tu découvres le paysage de l'autre côté ! Ou se petit plaisir de recevoir une carte postale, tu retourne vite pour voir qui a pensé à toi. Bref, rien qu'au parking, on se dit que ça valait le coup de faire la route, un spot intimiste, une petite rivière, une clairière, un gite à louer pour de prochain WE entre copains ?!
Le parking de Badarié, lieu de villégiature pour camp de grimpeur et la falaise en arrière plan
Arrivé au pied, l'excitation est à son comble, nous ne sommes pas déçu. La paroi est bien sèche, le foehn a bien fait son travail. Nous découvrons les lignes...de très belles dalles, entrecoupées de fissures, une falaise d'une longueur de type "mature" nous rappelle Polo, ça grimpe entre les points ! Il doit y avoir de V+, mais vaut mieux être à l'aise dans le 6a pour venir à Badarié. 3 voies et puis c'est la débandade, nous étions prévenu, pluie = replis !

Pas grave, c'est tellement beau, on reviendra...dès le lendemain ! Ya du potentiel à Badarié. De très belles voies dans le 6a/6b. Même que les quelques relais communs permettent de s'essayer les belles dalles en 6c où tu n'as pas envie d'aller en tête. La dalle, une belle école pour la technique de la pose des pieds !
La falaise de Badarié, un très beau calcaire, des voies à partir de 6a (type "mature", ça grimpe entre les points, mais très cholie)
C'est reparti pour les déplacements chrono, je croyais avoir le temps en finissant la saison à Lescun, en ne travaillant plus à Bordeaux. Mais je voulais profiter des beaux jours pour faire de la falaise, donc déplacement en vélo + train pour rejoindre le camp de base à Lourdes chez Eric avant le contest de dry ce WE. Premier déplacement en vélo + train de ce Théo Tour, ravi, ça me laisse de belles perspectives pour rejoindre des copains disponible pour grimper, même si c'est pas à côté ! Après doucement sur les correspondances, 10min c'est juste pour décharger, changer de quai, recharger à un espace vélo libre...

Emplacement vélo dans le TER Bedous - Pau

Emplacement vélo dans le TER Pau - Lourdes




Ainsi en Automne cette année, plus que d'habitude, on grimpe encore pas mal en falaise...nous nous trouvâmes bien déconvenu lorsque le contest de dry-tooling fut venu ! Finis la dalle, place au dévers ! Finis les placements précaires en adhérence, place à un trou béton où tu dois placer la pointe de tes crampons ! Finis les plats ou scrougnes, place à la suspension à bout de bras à ton piolet ! ça peut paraitre brutal, mais comme chaque année quel plaisir avant de lancer la période de cascade de glace que de retrouver ces crampons - piolets.

Et cette année, nous étions nombreux à l'initiation de cette pratique sportive qui fait tant progresser la pose des pieds et la gestuelle de cascade de glace. Cette année aussi, nous avions la visite et le grand soutien de l'équipe nationale de cascade de glace, high level, bonne humeur, une aide précieuse pour équiper et déséquiper ! Malgré un changement de date du contest pour raison météo, nous étions nombreux et ravi de grimper au soleil, c'est pas souvent à Troubat. Souvent je considérai le dry comme une alternative de repli, en cas de pluie...ces lascars alpins nous font une démonstration de style, le dry une activité à part entière, un bel entrainement pour la cascade de glace !

La voie de finale, j'ai fait 2 mouv, c'est sur-dur...le mutant sur le tronc, allez PF !

Avec un peu de recul, on se rend plus compte du dévers, le public encourage, doux rêve que de grimper à Troubat au soleil

Dimanche, repos...à bah non, la matinée à l'air de tenir et le foehn est encore présent, les températures encore estivales. Avec notre Eric national, mon local et hôte, on se motive pour aller grimper au Pibeste. Pareil, pour moi c'est un spot de repli, pour les WE incertain, pourtant les voies réalisées au secteur du milieu méritent le trajet ! Méfiance sur les 6a du Pib', ça grimpe, après c'est bien équipé.
L'approche au Pibeste, ambiance méridionale, chaleur et senteur de thym, douce réminiscence de l'été
Ah ça s'ombrage un peu, on avait fait tomber le T-shirt...zut mais ça veut dire que le déluge arrive...
Super timing, 14h plus de bras, on rentre, 14h30 déluge. Place au repos maintenant, avant les prochaines aventures, les prochaines rencontres, les prochains déplacements, les prochains copains…

Le spot des jours de repos, merci encore pour l'accueil !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire