dimanche 30 septembre 2018

Moi(s) sans alcool

Salut la compagnie,

Le principe de ces challenge par mois, c'est de remettre en cause ses habitudes. Je ne dis pas ça c'est bien, ça c'est mal. Je profite pour me poser la question : pourquoi je bois ? Pour accompagner un bon repas, c'est culturel un petit verre de vin, la bière de récup, pour faire la fête entre amis...Est-ce nécessaire, est-ce que je peux m'en passer, qu'est-ce que l'alcoolisme ?

L'avantage de faire la cuisine, c'est d'écouter plus souvent France Inter. Je vous invite à écouter
https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-11-avril-2018
et l'émission d'aujourd'hui https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-25-septembre-2018

Pour un retour personnel, je me souviens (quand je me souviens...) après mes années en école d'ingénieur de soirées plutôt arrosées, on parle aussi d'alcoolisme même pour de grosse prise ponctuelle. Après je suis plutôt bon vivant, donc j'aime bien cuisiner...avec un pti verre de vin ! Et ces 2 derniers étés, je tenais un bar...il n'y a aucune obligation, mais la tentation de la bière de fin de service ou la bière du fond de fût est tentante...BREF, j'avais envie d'arrêter pendant un mois, accompagner les femmes enceintes, est-ce si dur d'arrêter de boire de l'alcool. Pour ma part, quand même un peu ! Heureusement qu'il existe les bières sans alcool, j'ai trop du mal à commander des softs dans un bar. Je vous avoue que j'ai craqué une fois en espagne pour accompagner un plato combinado et que j'ai du commencé le 2-3 sept pour finir le 30 sept (on a fêter mon départ...avec du vin sans alcool, mais je me suis fait plaisir avec une petite bière artisanale).

Et puis, l'alcool déshydrate...or je fais pas mal de sport et je suis plutôt sujet à la tendinite...je sais il faut boire, mais je pense que je ne buvais vraiment pas assez...je me souviens jeune aller au toilette entre les cours, mais depuis mes 18 ans, j'ai moins ce rituel de la pause urinoir. Je me suis donc mis à boire dans une bouteille d'1L pour voir effectivement combien je buvais par jour...le constant était alarmant, je buvais le plus souvent même pas la moitié de ce litre d'eau !

Enfin nous sommes censé nous alimenter d'aliments bénéfiques pour notre corps...or NON un pti verre de vin (même rouge) n'est pas conseillé médicalement !


Je parle d'alcool, mais je me suis entre autre inspiré du moi(s) sans tabac
Plus d'info https://mois-sans-tabac.tabac-info-service.fr/

J'ai parlé de boisson alcoolisé, mais p. ex. en aout j'avais fait ma boisson fermentée à partir de graine de kéfir (voir article fin aout). Je rappelle le principe chambouller nos habitudes, découvrir de nouvelle chose...Et vous, un moi(s) sans ou avec quoi ?

jeudi 27 septembre 2018

Rando : Tour du pic d'ansabère et table des trois rois

Depuis le temps qui me narguent de mon "bureau", je voulais aller y faire un tour...et justement faire un tour, pas une ascencion AR depuis le col de petragème pour le pic et depuis le col des ourtets pour la table.

Mon parcours

jeudi 27 sept départ 16h15 de Lescun, 17h posé le vélo au pont de lamary, j'en profite pour repérer les voies au spigolo et au petit pic. 19h30 arrivée au grand pic d'ansabère, je repère aussi la cheminée finale venant de grande aiguille. 20h je descends au col de Linza, en faisant la course avec le soleil, au col de Linza je sors ma frontale pour me dégoter un spot de bivouac avant la cabanne.

Les aiguilles d'ansaberes vues du pied...c'est impressionnant, ça donne envie non ?

Du col de petrageme, tout à droite au fond l'Ossau

Coucher de soleil du grand pic, vu sur le sommet de la grande aiguilles et plus bas la petite aiguille et le petit pic d'ansabere

Descente du grand pic, plein ouest vers le col de linza


vendredi 28 sept départ 8h20 (rendormi après le réveil de 7h, beaucoup de vent, mal dormi), je n'ai vu qu'un seul sentier pour la table, pas celui du col d'escoueste. à 10h au sommet de la table. Je choisis de redescendre côté Luhrs (sacré perrier qui doit être désagréable à monter), suivi à flanc à 1900m pour viser le col 2012m...il parait qu'il est possible de descendre vers Pédain, c'est une sacré pente en herbe (avec petite chaussure d'approche, je me suis fait une glissade frayeur sur 5m, ensuite plus prudent, je m'accrochais aux myrtilliers, avant de retrouver le lit du ruisseau sec et la cabanne de Pédain.
Et c'est reparti...facile, y'a même le panneau à la bifurcation...enfin c'est le seul !

Ce paysage katarsique, trop beau...heureusement qu'il y a des cairns pour s'y retrouver !

Les aiguilles vues du sommet de la table

 Le billare et le DEC vues de la table
Vu sur l'itinéraire de descente du col de luhrs...ça doit être galère à remonter ce pierrier !

La table vue du pied vers 1900m où je tire à flanc

Juste avant de basculer sur pédain (pente d'herbe raide !) la vue sur le decs et au fond l'ossau

Du col, les aiguilles... Ça y est bientôt fait le tour

De pédain, un dernier coup d'oeil aux aiguilles...je reviendrai y grimper !


retrouvé ensuite mon vélo au pont de lamary...whouhou j'ai fait mes 500 premiers km !

mardi 25 septembre 2018

Prolongement de l'été à Ordesa : Heroina et la Ravier




Après le WE à l'Ossau (voir article fête de la fissure), il était temps de visiter un autre temple de l'escalade TA des Pyrénées : j'ai nommé Ordesa ! L'escalade est belle, le caillou bon dans l'ensemble, verticale et physique, un cadre à couper le souffle. Je connaissais déjà un peu Ordesa, j'avais randonné sur la vire des chasseurs et j'y avais grimpé il y a 4 ans pour faire le pilier du printemps avec Hadelin. J'y suis retourné en connaissance de cause, un bon entrainement avant et j'ai pas été déçu !

Dans ma lignée de déplacement en mobilité douce (voir article le pourquoi de l'alpi en mobilité douce), les copains de l'équipe me propose soit un covoit par la vallée d'Ossau, soit un covoit depuis Sabinanigo. J'opte pour la 2ème option, afin de découvrir un peu mieux de nouvelles routes côté espagnol. Le problème, depuis Lescun pour aller jusqu'à Sabinanigo, ça fait une sacrée bambée (80 km et 1600 de dénivelé), surtout avec la remorque avec le matos de bivouac et de quoi grimper (il faut doubler les jeux de friends, je me suis donc lesté un peu). J'opte pour l'option de descendre au pont de Lescun pour prendre le bus jusqu'à Canfranc (avec le bus, pas besoin de monter le col du Somport, voir les horaires de la CITRAM, 2€ seulement), il me reste donc Canfranc - Sabinanigo, presque 40km, beaucoup de descente (500m) et un peu de montée (200m). Je retrouve Pyros après una cana sin alcool.

Itinéraire en mobilité douce entre Lescun et Torla à l'aller (au retour, pas pris le bus !)

Attente au pont de Lescun pour prendre le bus (de l'autre côté pour aller à Canfranc, au niveau du pont) avec mon chargement...petit conseil, prenez vos tendeurs pour fixer le vélo !

A Canfranc, je prends le temps de regarder les panneaux des ballades (et des bus jusqu'à Jaca)...des idées pour plus tard dans la saison

Petite pause cueillette de poires et de mûres

Arrivée au point de RdV facile sur la route...et si besoin un point de chute pour dormir identifié (mais pas utilisé...Pouah pas de douche pendant 4 jours !)

Arrivée à Torla...avant la bière sans alcool et la glace


Le plan pour samedi, Pyros, Coline et moi, après négociation pour ne pas se faire humilier dans Racs, on se motive pour Heroina...attention cotation serré de Galez !
El topo du livre de Rémi Thivel et Christian Ravier (+ lien C2C)


Le départ est noté d'un H, OK c'est par là...c'est bien raide vu d'ici !!
Vu de R4 (L4 tout droit, mais j'ai trouvé le relais bien à gauche)

Vu de R6, il commence à y avoir de l'ambiance...notamment dans le dièdre L6

Le fameux 6b+ qui peut passer en A1, bien joué Pyros, ça passe en libre pour tout le monde +/- sereinement

et le pas de 6a+...où il faut redescendre, beau, finaud, ambiance max...encouragé par la cordée de copain dans le dièdre 73 (récit c2c d'Eric)

Bref, c'est beau beau beau, même à la descente

A la pradera, on ne voit que ça...le Tozal ! On y va demain ?


Adjugé, dimanche repos pour certains moins affuté et à nous la grande classique du coin ! El topo de Rémi Thivel (+ lien C2C)
départ à la navette de 6h, à 8h au pied opérationnel

terrain indéfini au début...on vise la grande cheminée lisse

L7 cheminée en V, ce sera ainsi jusqu'en haut

L8 belle ambiance quand on se retourne, la cheminée en V, tout un art !

Là haut, toujours aussi beau

On était là haut :-)

Aie le WE touche à sa fin...et les équipes aussi, c'était le WE de clotûre non officiel pour Coline, Lucas et Pyros. De sacré bon moment...et je suis sûr qu'on se reverra pour grimper à l'occaz.

Un pti coup de covoit avec Pyros, una cana y un plato combinado, c'est le temps de bivouaquer encore pour moi, 20h45 au dodo ! Lundi, le vent est de la partie, je n'arrive pas avec la batterie de l'aller à rouler jusqu'à Canfranc Estacion, donc je m'arrête à Villanua pour faire le plein des batteries...ce qui me fait louper le bus de 11h50, c'est pas grave, un plato combinado plus tard, je monte au col du somport (que 500m de plus, soit 1600m en tout pour 80km) avant de me taper une belle longue descente jusqu'au pont de Lescun...et la dernière côte finale !

Retour au pont de Lescun, avant la dernière montée...ah enfin je vois où passe la ligne de chemin de fer !
Ordesa, on reviendra !

PS : j'ai parlé de bière sans alcool...bientôt un article sur mon défi du mois de sept : moi(s) sans alcool